En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et publicités personnalisés, ainsi que des fonctionnalités sociales. En savoir plus et gérer les cookies

URPS Médecins Libéraux Grand Est

Une voix pour la médecine libérale !

CHIRURGIE AMBULATOIRE


La commission chirurgie ambulatoire de l’URPS ML Grand Est a été mise en place afin de valoriser la pratique de la chirurgie ambulatoire par les médecins libéraux tant sur le plan économique, que sur le plan organisationnel, que bien entendu celui de la qualité des soins.

Grâce à l’évolution technologique dans le secteur chirurgical et anesthésique, une majorité de procédures chirurgicales peuvent se réaliser en ambulatoire. Cela transforme la prise en charge des patients en pré, en per et en post opératoire. La baisse de durée de séjours peut faire envisager des fermetures de lits, économies potentielles donc.

Plusieurs enjeux sont à considérer :

  • Un enjeu « patients » : amélioration de la prise en charge des patients liée à une durée de séjour plus courte, à une diminution du risque nosocomial et à une récupération plus rapide.

  • Un enjeu organisationnel : le nouveau parcours du patient en ambulatoire induit une nécessité de restructurer les équipes et les structures de soins, tant publiques que privées, sans quoi les économies risquent de ne pas être réalisées au modèle économique.

  • Un enjeu économique : L’économie se fait sur les coûts directs liés à l’intervention, sur un « turnover patients » plus rapide, mais aussi sur les coûts indirects liés à une récupération plus rapide des patients et à un retour à leur vie active plus précoce. L’impact est à évaluer.

  • Un enjeu financier pour les médecins : ces derniers étant les principaux décisionnaires et acteurs de l’évolution des pratiques médicales, il est utile d’analyser l’impact de ces pratiques sur leur rémunération. Sont-ils incités financièrement à accélérer ce développement ?

  •  Un enjeu financier pour les établissements : les revenus en particulier issu de la T2A diminuent parallèlement aux coûts. Il faut étudier la variation du ratio coût/dépense et ainsi anticiper les futures baisses tarifaires.

En France, jusqu’à aujourd’hui, aucune étude comparative sur les coûts entre un séjour en chirurgie ambulatoire et un séjour en hospitalisation classique n’avait été réalisée comprenant l’analyse des dépenses générées sur le parcours complet du patient ; avant, pendant et après son séjour hospitalier.

Les membres de la commission chirurgie ambulatoire de l’URPS ML Grand Est ont souhaité mettre en place ce type d’étude (en partenariat avec Frédéric BIZARD - économiste, spécialisé sur les questions sociales et de santé), dédié aux médecins, pour l’intérêt des médecins avec des résultats objectifs et économiquement incontestables.

Actualités de la commission